Fabrique d’avenir

Publié le 13 mars 2018 dans Collèges et jeunesse Emploi et insertion
vu dans le magazine Ici c'est l'Ai n

Les métiers des industries technologiques recrutent. Les propositions d’alternance sont nombreuses et les jeunes sont courtisés une fois leur diplôme en poche. À l’AFPMA à Péronnas, le pôle formation ouvre ses portes le 24 mars pour expliquer aux élèves de 3e et de terminale les opportunités proposées par ces métiers techniques. Rencontre avec 2 élèves en BTS Conception de processus de réalisation de produits (CPRP).

Florian : « C’est un beau métier »

Après un baccalauréat STI2D dans le Nord-Pas-de-Calais, la première année en DUT informatique ne lui convenait pas : des amphis bondés, une formation très théorique, loin du monde de l’entreprise. Arrivé à Bourg-en-Bresse, Florian a découvert l’alternance à l’AFPMA : « Pour apprendre les bases du métier, j’ai intégré la formation en deuxième année de Bac pro usinage. Avec le recul, j’aurai du prendre cette voie dès la fin de la 3e. Mais à l’époque, mes profs me menaçaient de m’orienter en bac pro si j’avais des mauvaises notes. Il faut vraiment sortir de ces clichés ! L’alternance m’a permis d’être beaucoup plus autonome, de prendre confiance car les employeurs s’arrachent nos candidatures. Mon patron m’offre de bonnes conditions de travail. C’est un beau métier où il faut être bon en maths mais aussi en dessin ! »

« À l’AFPMA, nous avons de nombreuses propositions d'alternance de la part d'entreprises du département  »

Alexis « Une formation concrète »

Les industries technologiques, c’est une affaire de famille chez les Pochon. Alexis et ses 2 frères étudient tous à l’AFPMA. Passionnés par la course moto, ils fabriquent même leurs propres pièces mécaniques pendant les heures d’atelier en guise de travaux pratiques : un système de changement de roues rapide par exemple. Alexis n’était pas très à l’aise au collège, intéressé par la microtechnique, il a choisi un bac pro usinage avec l’envie de se frotter au monde de l’entreprise : « Quand on sort de cette formation, on sait travailler, c’est concret. En apprentissage, mon entreprise fabrique des prothèses médicales en titane. Ça me plaît bien mais je réfléchis à créer ma propre entreprise avec mes frères… dans le domaine de la moto. »

Axel « A l’AFPMA, les formateurs connaissent le job »

JJP_7927

Il n’était pas scolaire mais ses profs lui ont déconseillé l’alternance. Il décroche de justesse un bac technologique STI2D, débute un BTS Industrialisation des produits mécaniques en formation initiale, erreur d’orientation : « Je me suis rendu compte que ce système n’était pas fait pour moi. Je voulais une formation qui prépare vraiment à la vie active. A l’AFPMA, les formateurs connaissent le job pour l’avoir exercé pendant plusieurs années. Ils savent de quoi ils parlent. » Dans l’entreprise qui l’accueille, SEGM à Trévoux, Axel planche sur des dossiers très variés car les pièces sont produites en petites séries. Il aime la diversité des domaines abordés. Se former ne le rebute plus, il va d’ailleurs présenter une école d’ingénieurs après le BTS !

 

Faire une suggestion sur cette page ?

La réponse à votre message vous sera transmise cette l'adresse e-mail.
Vos nom et prénom sont facultatifs

Autres actualités dans le même domaine